Par Edgar Isch L.

Il n’ont pas gagné les élections, le peuple ne les a pas sollicités, mais les techniciens du Fonds Monétaire International gouvernent maintenant l’Équateur en pleine alliance avec le gouvernement des entrepreneurs. Quelques jours avant le package de mesures économiques et sociales annoncées par le président Lenin Moreno, la presse spécialisée avait déjà annoncé que le FMI n’accorderait pas le nouveau décaissement du crédit contracté si les réformes n’étaient pas effectuées par le gouvernement. Et, une fois la décision prise, le FMI est intervenu pour donner son « soutien » à la décision gouvernementale, comme si la bénédiction de l’organisation multilatérale la sanctifiait.

Mais ces mesures ont le caractère de prescriptions néolibérales : affaiblir l’État et renforcer les grandes entreprises ; forcer les pauvres à payer pour la crise qu’ont causé les puissants et leur a profité ; affamer un peuple entier pour garantir le paiement de la dette extérieure.

Tout cela est masqué par des discours sur la transparence des finances, sur la « mise en ordre de la maison » et, bien sûr, sur le fait de sacrifier « tout le monde » pour connaître des jours meilleurs. Les gouvernements néolibéraux au moment de prendre des mesures de ce type disent qu’il faut se serrer la ceinture pendant un certain temps et que le paradis est sur le chemin du retour. Ils prétendent qu’il n’est pas nécessaire de se serrer la ceinture, que l’augmentation du prix de l’essence et du transport des aliments et des personnes, n’affectera pas la population.

Le fait que ces mesures soient directement liées à des mesures imposées au pays en échange d’une dette extérieure est l’une des causes de son illégitimité. Les conditionnalités qui accompagnent les décaissements, qui imposent des obligations à l’État qui se qualifie comme souverain, les rapports de progrès dans lesquels le FMI reçoit des informations qui sont cachées au peuple, détruisent tout sens de la démocratie.

Ajoutez à cela les expressions de Lénine Moreno à l’ONU, appelant à l’intervention contre le peuple vénézuélien, la livraison d’une base aérienne aux Galapagos pour l’utilisation des navires de renseignement US (dont le gouvernement nie l’existence, comme si l’impérialisme n’avait pas élargi sa définition), les interventions de l’Unasur en Équateur et des centres d’intégration Sud-Sud de l’OPEP et vous aurez un tableau complet du gouvernement soumis aux intérêts étrangers qui bafout l’indépendance du pays.

le Président équatorien Lenin Moreno à l’Assemblée Générale des Nations Unies

Son alliance avec la grande bourgeoisie est naturelle parce que ce petit secteur de la société équatorienne est intégré, dans des relations constantes et permanentes, avec les intérêts transnationaux et étrangers.

L’ensemble des mesures imposées est censé apporter du travail. C’était l’offre du plan du gouvernement d’Alianza País, qui a été réalisé dans l’autre sens. Selon le ministre du Travail, Andrés Madero, lors d’une comparution devant l’Assemblée nationale, ce n’est que de décembre 2018 à février 2019 que 11 820 travailleurs du secteur public ont été licenciés. Aujourd’hui, 10 000 mises à pied supplémentaires sont annoncées.

Dans le secteur privé, la réduction du nombre de travailleurs a également été une constante, particulièrement dans le secteur de la construction qui est l’un des secteurs qui embauche le plus de travailleurs, mais dont la situation n’a rien à voir avec les mesures économiques.

En Équateur, il y a une contraction économique générale, le PIB augmente d’un point ou moins, la consommation des familles a diminué, la gestion économique conduit beaucoup à chercher des produits de base en Colombie (c’est la raison de la récente grève dans la province frontalière appauvrie de Carchi), de sorte qu’il n’y ait aucune condition de croissance des entreprises pour la consommation intérieure. En fait, on parle de milliers d’entreprises axées sur les services et le commerce qui ont fait faillite, ce qui a fait augmenter le chômage.

Dans ces conditions, l’annonce du gouvernement n’est rien de plus que de la démagogie et un prétexte pour éliminer les droits du travail, aggraver ainsi la précarisation du travail. Parmi les mesures de ce type, qui commencent avec les nouveaux contrats, on peut citer :

En contrepartie, il s’agit des mesures pour le secteur des entreprises :

Comme on peut le constater, l’équilibre des décisions du FMI et du gouvernement a une identité de classe claire. A cela s’ajoute la libéralisation des prix de l’essence et du diesel, qui sont encore subventionnés. L’augmentation immédiate des prix du transport de marchandises et de passagers implique un autre coup dur pour l’économie des secteurs populaires et moyens, mais elle n’affecte pas les industriels qui répercutent ces coûts sur les prix à la consommation.

Dans ces conditions, la réaction rapide de la population aux protestations est justifiée. Principalement appelées par des secteurs persécutés par le gouvernement précédent, comme le Front uni des travailleurs (FUT), qui regroupe les principaux syndicats et l’Union nationale des éducateurs, la Confédération des nationaux indigènes de l’Équateur (CONAIE), le Front populaire, la Fédération des étudiants universitaires (FEUE), et d’autres, qui ont obtenu un grand soutien social.

Avec la grève des syndicats des transports qui a commencé le 2 octobre à minuit, à peine un jour après l’annonce des mesures, elles entravent l’assaut contre les intérêts populaires et conduisent même les secteurs de droite à prétendre être « sympathiques » à la réaction populaire croissante. La lutte sociale ne fait que commencer.

« La peur est révolue, nous reprenons le combat« , a été une expression répétée dans les rues et les réseaux sociaux. Aujourd’hui, la crainte est passée dans les rangs du gouvernement qui a décrété l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire national dans les premières heures de l’après-midi du 3 Octobre.

Le décret présidentiel 884 comporte 10 articles qui, entre autres, mobilisent les forces armées et la police pour maintenir l’ordre, suspendent sur tout le territoire national l’exercice du droit à la liberté d’association et de réunion, empêchent la formation de rassemblements dans les espaces publics 24 heures sur 24, limitent le droit à la liberté de transit dans tout le pays « en cas de violation des droits et garanties des autres citoyens » et permettent la réquisition de biens et de services.

Cette mesure, hautement répressive et antidémocratique, est une condition normale des mesures imposées par le FMI et les secteurs économiques les plus puissants. L’injustice des décisions gouvernementales est basée sur la réduction des droits.

Dans les rues, on observe une grande agressivité des forces répressives de l’État, des personnes menacées de poursuites pénales sont arrêtées et l’intention est d’intimider la population. La paix sociale recherchée par les gouvernements a été rompue en Équateur. « La peur est révolue, nous reprenons le combat« .

source : www.periodicoopcion.com

Un comentario

Los comentarios están cerrados.